Mes favoris

Outer Hebrides - Page d'accueil

Meilleures Faune & Flore

Chaque île de l’archipel des Hébrides offre un nouvel aperçu de la faune et de la flore. Si on peut voir des fous de Bassan et des dauphins depuis les promontoires de l’île de Lewis, plus au sud, au-delà des tourbières, on peut observer des aigles au-dessus de Harris, et plus loin, sur les eaux qui la séparent de North Uist, des sternes et des phoques. Les prairies débordent de fleurs, fourmillent d’échassiers et bordent le sanctuaire qu’est Uist pour les râles des genêts, alors que les primevères et les plages abondent sur Barra.

 

Des plongeons et des aigles

En prenant l’A857 de Stornoway à Callanish (le centre d’accueil se trouve à côté des superbes pierres levées) vous traverserez une des plus belles tourbières d’Ecosse. Arrêtez-vous au bord de la route à Achmore et regardez au nord l’immense tourbière plate et au sud, en direction de Harris, la mosaïque dessinée par les mares, les petites collines et les lochs. Parmi les oiseaux se reproduisant ici, on compte des bécasseaux variables, des chevaliers aboyeurs et des pluviers dorés mais aussi des plongeons catmarins et des plongeons arctiques sur les lochs et des aigles royaux qui chassent dans la région. En empruntant le sentier qui longe la côte Est de Tolsta à Ness, vous traverserez pendant des kilomètres un paysage de tourbières, d’oiseaux et de plantes du littoral.

Des phoques vus de près

Une faune sauvage intéressante vient s’aventurer jusqu’au cœur de Stornoway, capitale des Hébrides. Toutes sortes de goélands surveillent les allées et venues des bateaux de pêche dans le port (on peut même y voir des goélands d’Islande en hiver) imités par de gros phoques gris, qui patrouillent le long des quais à la recherche de poissons de rebut. Une passerelle vous permettra de traverser la petite rivière qui sépare Braehead Street des jardins de Lews Castle (qui abritent maintenant un bon café et un centre d’exposition), un endroit de choix – étant le plus boisé de ces îles dénudées d’arbres – pour l’observation des corbeaux freux, des grimpereaux et des gobe-mouches gris.

Des dauphins et des baleines

Si vous prenez le ferry de Stornoway à Ullapool, essayez de rester sur le pont quand le navire s’éloigne du promontoire de l’Eye Peninsula et pénètre les eaux plus profondes du Minch. Des oiseaux de mer et des cétacés tels le cochon de mer, le dauphin de risso et le dauphin à bec blanc, se nourrissent souvent dans cette zone. En été vous aurez peut-être la chance de voir un petit rorqual du bateau. Depuis le rivage de Tiumpan Head au bout de la péninsule, scrutez les eaux à la recherche des mêmes créatures.

Fous de Bassan et canards

La pointe septentrionale de Lewis est intrigante: malgré leur exposition, les terres des petites fermes de Ness ont une population dense. Prenez l’A857 jusqu’au bout à Port of Ness pour voir l’endroit où la prise annuelle de jeunes fous de Bassan sur l’île lointaine de Sula Sgeir est débarquée. Empruntez alors la B8015 qui fait une boucle vers l’ouest pour observer depuis la route le Loch Stiapavat – meilleur endroit sur l’île de Lewis pour les oiseaux sauvages, comme les morillons en été et les cygnes chanteurs en hiver. Une route plus étroite encore mène au phare de la Butt of Lewis, d’où vous pourrez scruter la mer à la recherche des fous de Bassan de Sula Sgeir et des dauphins.

Des plages immenses

Les plages immenses de la côte ouest de Harris contrastent avec l’intérieur des terres essentiellement rocheux. A Northton, le machair - végétation du sable coquillé – est composé de fleurs comme les géraniums et les orchidées. Il abrite une multitude d’oiseaux comme le vanneau huppé, le bécasseau variable et le chevalier harlequin, pendant la saison des nids. Quittez donc l’A859 pour la petite route qui traverse le village et prenez le sentier menant à Toe Head. Tendez l’oreille pour entendre le cri du râle des genêts dans des parterres d’iris et de terre de rocaille. Les marais salants ici deviennent roses à la floraison des armerias au début de l’été.

Le bras de mer de Harris

Une sortie en bateau ou une traversée du détroit de Harris en ferry au départ de Leverburgh mérite vraiment un détour, ne serait-ce que pour la beauté de ce chenal ressemblant à une lagune qui sépare les îles de Harris et de North Uist. Scrutez les alentours pour des guillemots à miroir traînant sur les bouées du chenal, les sternes arctiques pêchant les bas-fonds, les phoques communs et aussi les phoques gris. Une halte sur Berneray, la seule île inhabitée du détroit, vous donnerait l’occasion de voir le machair – végétation des dunes composée ici de nombreuses carottes sauvages et de rues des prés – qui recouvre le sol depuis l’immense plage de sable coquillé à l’ouest de l’île.

Orchidées et râles des genêts

Balranald (on y accède en quittant l’A865 à Houghton, à 5kms au nord de Bayhead) a beau être principalement une réserve d’oiseaux, c’est aussi un endroit richement fleuri. Les Orchidées, les géraniums des prés et les chrysanthèmes des moissons prospèrent parmi les graminées entre le loch et les dunes du littoral. Les râles des genêts et les bruants proyers établissent ici leur nid à côté des vanneaux huppés et des chevaliers gambettes. Les conditions météorologiques douces et les herbages des dunes favorisent la présence de papillons comme le myrtil et l’agreste et celle des bourdons. On y trouve un centre accueil visiteurs, des promenades guidées à horaires réguliers en été, ainsi qu’un parcours (non accessible en fauteuil roulant).

St Kilda

Un jour sans nuages, en regardant à l’ouest depuis North Uist ou depuis les collines de Harris, vous verrez à l’horizon un archipel aux îles escarpées. Cela tentera peut-être les marins intrépides d’aller s’aventurer sur St Kilda. Cet endroit, désigné patrimoine mondial, abrite la plus grande colonie de fous de Bassan du monde, la plus grande colonie de macareux de Grande-Bretagne et d’Irlande, et de nombreux autres oiseaux marins. Mais l’observation de la faune sauvage de St Kilda n’est pas évidente: il vous faudra affréter un bateau ou vous joindre à une des équipes du National Trust for Scotland.

Des oies, des tétras et des cerfs

Si vous désirez avoir une meilleure idée de la richesse des habitats de la faune sauvage des Hébrides, alors c’est à Loch Druidibeg, près de Stilligarry sur l’A865 qu’il faut vous rendre. A l’ouest, le machair – végétation des dunes - est composé d’un herbage riche et varié. En empruntant le sentier qui sort de Stilligarry, longe le loch principal et rejoint la B960, vous verrez des oies cendrées faisant leur nids dans les environs et d’autres oiseaux sauvages dont des échassiers. N’oubliez pas de scruter les îlots boisés; on peut y voir et y entendre des râles des genêts et des bruants proyers dans les champs cultivés. A l’Est, la lande, recouverte de bruyère et d’herbages rêches, qui s’étend jusqu’au sommet de Hecla, abrite le lagopède d’Ecosse et le cerf récemment introduit.

Des plages, des oiseaux et des primevères

Atterrir sur la grève de coques de Traigh Mhor sur l’île de Barra et avoir les chaussures couvertes de morceaux de coquillages en se rendant à l’aérogare est une expérience hors du commun. Emprunter l’A888 qui fait le tour de cette jolie île peut réserver bien des surprises dans cet endroit où la faune, la flore et les hommes vivent à l’unisson. Au début de l’été, les primevères des bords de route et des rives ensoleillées est l’un des plus beaux spectacles d’Ecosse. Faites donc une sortie en bateau d’une journée au départ de Castlebay (plaque tournante de Barra avec de nombreuses infrastructures) pour les îles méridionales de l’archipel des Outer Hébrides. Les falaises abruptes de Mingulay abritent des colonies d’oiseaux importantes (dont des macareux).

Golden Eagle, RSPB images